A la recherche du temps perdu

12 juillet 2017

A la recherche du temps perdu de Marcel Proust

Marcel Proust est né à Paris le 10 juillet 1871 et mort le 18 novembre 1922. Il est connu principalement pour son chef d’œuvre A la recherche du temps perdu. Une œuvre parmi les plus grands patrimoines de la littérature française. A la recherche du temps perdu a été publiée de 1913 à 1927. Ces longues années de publication sont justifiées par le fait que l’œuvre est divisée en sept tomes. C’est donc un ouvrage immense. Et les sept tomes traitent différents thématiques. Cependant, on voit beaucoup dans ces tomes les principales influences de Proust qui sont la philosophie de Schoepenhauer, l’impressionnisme, Wagner (compositeur) ou encore, en histoire, l’affaire Dreyfus.

Résumé de A la recherche du temps perdu

Le premier tome de À la recherche du temps est Du côté de chez Swann. Éditée une première fois chez Grasset en 1913, une seconde version a été publiée chez Gallimard en 1919. Ce livre raconte les souvenirs du narrateur dans son village d’enfance qui est Combray. Puis on trouve une autre partie relatant l’histoire de Swann avant sa rencontre avec le narrateur. Enfin, l’histoire finit par l’adolescence du narrateur avec Swann à Paris.

Le second tome intitulé À l’ombre des jeunes filles en fleurs, publié chez Gallimard en 1919 et prix Goncourt la même année, parle de l’entrée du narrateur dans la maison des parents de Swann, de sa rencontre avec Bergotte. Il raconte sa rupture et son voyage chez sa grand-mère à Balbec.

Ensuite vient, Le côté de Guermantes, sorti chez Gallimard en 1920-1921, qui raconte les rêveries de l’auteur qui habite désormais à Paris et son éprise pour Madame Guermantes. Le quatrième tome est Sodome et Gomorrhe, publié chez Gallimard en 1921-1922. Dans cette partie le narrateur découvre la présence de l’homosexualité autour de lui. Et il effectue aussi un second voyage à Balbec.

Les trois derniers tomes du livre ont été publiés à titre posthume respectivement en 1923, 1925 et 1927. Le premier de ces trois derniers est La Prisonnière, ce titre vient du contrôle du narrateur des faits et gestes de son amante Albertine pour qu’elle n’ait aucun rendez-vous avec d’autres personnes. Ensuite, il y a Albertine disparue (le titre original était La Fugitive). Ce livre raconte la fugue d’Albertine et la retrouvaille avec Swann. Enfin le dernier tome, Le Temps retrouvé, où le héros perd son ambition de devenir écrivain avant de retrouver l’inspiration en ressassant ces nombreux périples.

Un style propre à l’auteur

On reconnait le style de Marcel Proust. On y trouve ses formulations de phrases très étirées et ses constructions très complexes. En conséquence de cette façon si particulière d’écrire, les œuvres de Marcel Proust exigent une certaine habileté à la lecture pour une compréhension des structures et des sens exacts des phrases. Mais cela n’enlèvent en rien la qualité de l’œuvre.

En somme, résumer cette œuvre de Marcel Proust est très difficile voire même impossible. Même le personnage qui est le narrateur laisse beaucoup d’intrigue et d’ambigüité. La seule façon d’y arriver est de lire et de relire les sept tomes les plus de fois possibles, ce qui n’est que pur plaisir et un voyage interminable.

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *